P1020798
item1
item6
SYLVIE LÉCUYER - GÉRARD DE

Pandora

Il faisait très froid à Vienne, le jour de la Saint-Sylvestre, et je me plaisais beaucoup dans le boudoir de la Pandora. Une lettre qu’elle faisait semblant d’écrire n’avançait guère, et les délicieuses pattes de mouches de son écriture s’entremêlaient follement avec je ne sais quels arpèges mystérieux qu’elle tirait par instant des cordes de sa harpe, dont la crosse disparaissait sous les enlacements d’une syrène dorée. Tout à coup, elle se jeta à mon col et m’embrassa, en disant avec un fou rire :"Tiens, c’est un petit prêtre ! Il est bien plus amusant que mon baron !"

J’allai me rajuster à la glace ; car mes cheveux châtains se trouvaient tout défrisés, et je rougis d’humiliation en sentant que je n’étais aimé qu’à cause d’un certain petit air ecclésiastique que me donnaient ma contenance timide et mon habit noir. "Pandora, lui dis-je, ne plaisantons pas avec l’amour ni avec la religion, car c’est la même chose, en vérité. - Mais j’adore les prêtres, dit-elle ; laissez-moi mon illusion. - Pandora, dis-je avec amertume, je ne remettrai plus cet habit noir, et, quand je reviendrai chez vous, je porterai mon habit bleu à boutons dorés, qui me donne l’air cavalier. - Je ne vous recevrai qu’en habit noir", dit-elle, et elle appela sa suivante : "Roschen !… si monsieur que voilà se présente en habit bleu, vous le mettrez dehors, et vous le consignerez à la porte de l’hôtel. – J’en ai bien assez, ajouta-t-elle avec colère, des attachés d’ambassade en bleu avec leurs boutons à couronne, et des officiers de Sa Majesté impériale, et des Magyars avec leurs habits de velours et leurs toques à aigrette ! Ce petit-là me servira d’abbé. – Adieu, l’abbé ! C’est convenu, vous viendrez me chercher demain en voiture, et nous irons en partie fine au Prater… mais vous serez en habit noir." Chacun de ces mots m’entrait au cœur comme une épine.

P1020819
EN SAVOIR PLUS SUR CETTE
accueilNerval accueilTrinite accueilcollages accueiloeil EN SAVOIR PLUS SUR CETTE